Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 15:54
Le voisin du dessus

Sujet : Ecrire une histoire sur l'ambiguïté. Les gens à mille facettes. Quelqu'un de louche, sincère ou menteur.

           Qui aime ou n'aime pas. On est trompé sur quelqu'un, puis on découvre la vérité.

           Propos mi-figue, mi-raisin, équivoques...

 

 

 

 

 

 

Le voisin du dessus

 

 

 

 

 

Depuis trois ans que j’habite dans cet immeuble, j’ai eu l’occasion de discuter et de sympathiser avec l’ensemble du voisinage, ce qui représente une douzaine de foyers pour trois petits blocs locatifs. Quand je dis l’ensemble du voisinage ce n’est pas tout à fait exact. Mon voisin du dessus demeure une énigme à lui tout seul. Je ne sais pas quoi en penser.

Il est jeune, une petite quarantaine, je pense, et il n’a pas l’air de travailler. Enfin, pas à l’extérieur de chez lui; peut-être a-t-il une activité à domicile; du reste, il ne sort pas beaucoup, descend les escaliers en courant, prend son courrier et remonte les marches quatre à quatre. Il est très gentil, très poli mais je le sens lointain et distant. On pourrait penser qu’il cache quelque chose mais d’une part cela ne me regarde pas et d’autre part chacun a sa part de petits secrets.

S’il n’y avait pas eu ces cambriolages dans nos caves, je ne me serais pas plus intéressée aux faits et gestes de mon voisin.

Comme je suis retraitée, je sors et rentre à ma guise dans mon appartement, je n’ai pas d’horaire. Il m’arrive souvent de croiser des voisins différents au long d’une journée car je fais de petites ballades dans la cour commune aux trois immeubles. Une fontaine et de jolis parterres de fleurs ornent le centre de ce grand patio et j’aime à m’asseoir sur le banc et rêvasser ou lire un roman en écoutant  l’eau couler et les oiseaux pépier.

Or, depuis le mois d’août dernier, huit caves ont été « visitées » avec plus ou moins de dégâts et je me suis donc investie d’un rôle d’enquêtrice à la « Miss Marple ». J’observe les allées et venues de chacun mais plus particulièrement celles de mon voisin du dessus. Pourquoi lui ? Je ne sais pas vraiment, question d’intuition peut-être et le fait de ne pas savoir ce qu’il trafique chez lui contribue à le trouver louche. Il n’a pas l’air malade ou handicapé, sa voiture est celle de quelqu’un qui gagne bien sa vie et ses sorties rares et plutôt nocturnes m’encouragent à penser qu’il a des activités préoccupantes.

Il ne reste plus que quatre caves encore intactes, dont la mienne, et la police n’ayant pas fait preuve d’une grande efficacité, je me suis permise de garnir la lourde porte en bois d’accès aux celliers d’une multitude de petites clochettes accrochées dans tous les sens et de toutes les façons.

Certaines sont pendues au plafond au milieu du couloir faiblement éclairé, il faut le dire, d’autres sont clouées directement sur la porte de ma cave ou suspendues à la poignée. J’ai l’ouïe très fine et je me suis dit que mon stratagème ameuterait bien quelqu’un, soit mes voisins du dessous, ils sont de plain pied, soit moi-même au premier ou sinon pour faire une petite peur au voyou.

Car, bizarrement, la cave de mon fameux voisin n’a pas été cambriolée non plus. Notre immeuble est le seul à compter encore deux locaux sur quatre intacts.

Tous les matins je vais faire un tour au sous-sol pour vérifier mes clochettes et la cave du voisin.

Un matin alors que je m’apprête à descendre pour vérifier, j’entends un imperceptible tintement. Je me précipite et tombe nez à nez avec mon voisin du dessus. Celui-ci, chargé de colis encombrants, jure comme un charretier. Il est emmêlé dans la ficelle de ma clochette du couloir. Je l’aide à se défaire et il me demande ce que signifie ce cirque. Il n’est pas ravi et pour cause, un de ses paquets est tombé par terre et il a marché dessus surpris à cause de mes clochettes qu’on entend encore tintinnabuler.

- Je suis confuse, me suis-je exclamée, mais vous comprenez avec tous ces vols j’ai voulu me rendre utile.

- Peut-être mais ce n’est pas prudent ! Si j’avais été le voleur, j’aurais pu vous agresser ! Et ma toile, cela fait des mois que j’y travaille sans relâche, se lamente-t-il.

Je regarde ses colis et je réalise soudain que ce sont des tableaux.

- Mais que faites-vous dans le sous-sol avec tous ces tableaux ? Me suis-je permise de lui demander, soupçonneuse à nouveau.

- J’entrepose mes toiles ici avant la grande exposition qui devrait me faire connaître selon mon agent artistique qui s’occupe de vendre mes œuvres sur Internet et qui veut conquérir les grandes villes du monde. Paris, Berlin, Rome, New York, il a de l’ambition, vous savez ! Depuis qu’il a fixé une date pour l’expo je n’ai plus eu une minute à moi, j’ai peint et peint presque jour et nuit.

- Ah……….

Je me sens bête depuis une minute, comment ai-je pu penser qu’il était inquiétant juste parce qu’il ne sortait pas de chez lui !

- J’espère que vous viendrez au vernissage, vous êtes vraiment la voisine la plus sympathique que j’ai rencontrée !

Je me suis sentie rougir jusqu’aux oreilles lorsque de grands bruits au-dessus de nous nous ont fait remonter dans le hall d’entrée.

Deux gendarmes se trouvaient en compagnie de deux jeunes adolescents du quartier voisin. Ils venaient d’arrêter nos voleurs.

 

 

 

                                                                                                                             Christie Jane (Février 2007)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Christiejane
  • Christiejane
  • : Genres très variés de créations littéraires personnelles ainsi que mes lectures diverses et variées.
  • Contact

Droits d'Auteur

Le contenu de ce blog est protégé.

Toute reproduction, même partielle,

des textes est interdite sans mon

autorisation préalable.

 

N'hésitez pas à me contacter...

 

Merci de votre compréhension.

 

Christiejane

 

http://www.copyrightdepot.com/cd22/00049914.htm

Christiejane No. 00049914

Recherche

A l'oeuvre

IMG 9295

compensez le bilan carbone de votre blog avec bonial ">

Plantons un arbre